50 ans du Lycée Descartes / Discours de l’ambassadeur (17/05/2014)

50ème anniversaire du Lycée Descartes


Intervention de M. Charles FRIES, Ambassadeur de France au Maroc


Samedi 17 mai 2014

Merci Monsieur le Proviseur,

Merci à tous d’être présents pour cette cérémonie.

Nous sommes réunis pour un moment important. Nous célébrons les 50 ans d’un grand lycée, le lycée Descartes de Rabat. C’est une institution prestigieuse. Des dizaines de milliers de Marocains et de Français, de femmes et d’hommes de tous horizons sont attachés à cet établissement dans lequel ils ont grandi, dans lequel s’est éveillé leur curiosité, leur intelligence, leur ouverture au monde.

A l’origine, certains d’entre vous s’en souviennent peut-être, il y avait le lycée Gouraud, qui avait été ouvert en 1919. A l’indépendance, cet établissement est devenu le lycée public marocain Hassan II. C’est en 1963 que, sur le site où nous nous trouvons aujourd’hui, a été créé le nouveau lycée français de Rabat. Il lui a été donné le nom de Descartes. On ne pouvait trouver meilleur nom. Descartes, c’est bien sûr le penseur avec lequel commence cette modernité dans laquelle nos pays sont engagés, cette modernité qui met au centre le sujet humain, l’individu... Mais Descartes est aussi celui qui cherche à concilier la raison et la croyance, le monde ancien et le monde nouveau, dans un souci d’équilibre qui n’a pas cessé de nous animer.

Ces 50 années du lycée Descartes sont 50 années d’excellence, de tolérance, de respect, d’effort, d’émulation pacifique. A l’abri des murs de cette institution, des générations de Marocains et de Français ont appris à travailler, à vivre ensemble. Ils ont donné un visage concret à l’amitié entre nos deux pays. « Descartes » est aujourd’hui, non seulement l’un des meilleurs lycées français à l’étranger, mais aussi l’un des creusets de la relation exceptionnelle entre la France et le Maroc. Il permet à des enfants français, pour nombre d’entre eux binationaux, et à des enfants marocains, de partager un même espace dans le respect de la diversité et du pluralisme. Ici le dialogue des deux rives de la Méditerranée n’est pas une abstraction, un vain mot. C’est une réalité de tous les jours. Une réalité vivante.

Je voudrais rendre hommage aux hommes et aux femmes qui ont servi dans ce lycée. Aux enseignants bien sûr, dont le savoir, la passion de transmettre et d’éduquer, le talent ont marqué de leur empreinte tant de jeunes garçons et de jeunes filles…. Mais également aux équipes de direction, aux personnels administratifs, aux agents de service, qui ont œuvré au quotidien pour offrir à leurs élèves un cadre d’exception pour leur réussite et leur épanouissement individuel.

Le lycée Descartes scolarise aujourd’hui 2500 élèves, de la sixième jusqu’aux classes préparatoires aux grandes écoles. Ses excellents résultats aux diplômes nationaux du brevet et du baccalauréat n’ont pas besoin d’être rappelés. Ils sont connus de tous. Ils sont un passeport pour une intégration réussie dans les études supérieures et la vie professionnelle. Le parcours des anciens élèves en témoigne. Ils sont nombreux, dans les domaines artistiques, culturels et politiques, à représenter brillamment le lycée Descartes dans le monde entier, à défendre et à incarner les valeurs de liberté et d’égalité de l’école française.

Le lycée Descartes, et c’est extrêmement important, est un lycée ouvert sur la réalité marocaine. Il fait une grande place à l’enseignement de l’arabe, qu’il propose aux élèves en étroite coopération avec le ministère de l’Education marocain, que je veux saluer. Il offre aussi des classes de découverte qui permettent à des centaines d’élèves d’explorer les richesses du patrimoine culturel et naturel du Maroc. Il est engagé dans des partenariats avec des lycées marocains. A la rentrée de septembre 2014, il devrait être associé au développement des lycées de ce pays qui abritent une section internationale de baccalauréat à option français.

A 50 ans, le lycée Descartes vit pleinement avec son temps. On ne dira jamais assez la qualité de ses enseignants. Leur capacité à s’adapter, faire évoluer leur pédagogie, en lien avec l’Education nationale française comme avec l’environnement marocain. Leur capacité aussi à relever le défi des nouveaux savoirs, le défi du numérique en particulier. Les élèves et les parents doivent bien mesurer cette chance. L’éducation à la française, le modèle intellectuel et la langue qui lui sont associés, sont plébiscités dans le monde entier. Cette éducation donne ici le meilleur d’elle-même.

J’ai évoqué les enseignants et tous les personnels qui ont fait de Descartes un succès. Je voudrais aussi m’adresser aux anciens élèves. Ils sont souvent engagés dans la relation entre la France et le Maroc. Dans les entreprises. Les administrations. La société civile. Ils sont un trait d’union entre les deux pays. Ils sont de véritables ambassadeurs de l’amitié franco-marocaine et je les en remercie. Quand ils ne travaillent pas directement pour la coopération franco-marocaine, ils ne manquent jamais, quand ils le peuvent, de lui apporter leur soutien. Nous comptons sur eux pour développer et approfondir notre relation si singulière et si forte, dans l’intérêt des deux pays. Nous les invitons à rejoindre le Club France-Maroc, qui a été créé pour eux. Le lycée Descartes est l’une des plus belles réussites de la relation franco-marocaine. Les anciens élèves, les alumni, doivent nous aider à créer de nouveaux succès.

L’œuvre que nous venons de dévoiler pour marquer cet important anniversaire, celle de Bassam Haddad, incarne bien les valeurs portées par le lycée Descartes. Je me réjouis de ce choix et je remercie l’artiste d’avoir bien voulu associer son nom à l’événement.

Je souhaite à tous, à tous les acteurs, anciens et nouveaux, de la communauté éducative du lycée Descartes un magnifique cinquantenaire et j’adresse en particulier aux élèves préparant un examen tous mes vœux de réussite.

Dernière modification : 19/05/2014

Haut de page