AFD/Centrale solaire de Ouarzazate : signature d’une convention de prêt de 100 M€

Centrale solaire de Ouarzazate : signature d’une convention de prêt de 100 M€

Une convention de prêt de 100 M€, destinée à financer la première phase de la centrale solaire de Ouarzazate, a été signée entre Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN) et l’AFD le 19 novembre à Marrakech, dans le cadre d’une cérémonie présidée par le Roi Mohamed VI. D’autres contrats relatifs au financement et à la réalisation de ce projet ont également été signés à cette occasion.

Cette première phase consiste à développer une centrale solaire à concentration (CSP) cylindro-parabolique d’une capacité de 160 MW avec stockage d’énergie afin de couvrir la pointe de consommation (entre 19 h et 22 h). Sa réalisation a été confiée, suite à un processus d’appel d’offres de deux ans, au consortium mené par Acwa Power (producteur indépendant saoudien) et qui comprend également les compagnies espagnoles Aries Ingenieria y Sistemas et TSK Electronica y Electricidad. Le contrat Engineering, Procurement & Construction (EPC) a été conclu avec des entreprises espagnoles (dont TSK E y E) et le contrat Operation & Maintenance avec une filiale d’Acwa Power.

L’AFD intervient en cofinancement avec d’autres bailleurs européens (BEI : 100 M€, chef de file, KfW : 100 M€ et Commission européenne : 30 M€ au titre de « la Facilité d’Investissement pour le Voisinage ») ainsi qu’avec le Clean Technology Fund (197 M $) et la Banque Africaine de Développement (100 M€). Pour sa part, la Banque mondiale (200 M$) finance – sous forme d’aide budgétaire – le différentiel entre le prix d’achat de l’électricité par MASEN et son prix de revente à l’ONE. Le ministère allemand de l’environnement a également apporté une subvention de 15 M€.

Les deux phases de la centrale solaire de Ouarzazate (500 MW) visent, avec l’équipement d’autres sites, à atteindre l’objectif de 2 000 MW en énergie solaire installés en 2019 (au sein de la nouvelle stratégie énergétique du Royaume : 42 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2020, répartis par tiers entre hydraulique, éolien et solaire). Ce projet s’inscrit également dans le cadre de l’un des six projets prioritaires de l’Union pour la Méditerranée (UpM), le Plan Solaire Méditerranéen (PSM), qui contribuera à accroître significativement la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique des pays du sud et de l’est de la Méditerranée.

JPEG - 15.2 ko

Dernière modification : 23/11/2012

Haut de page