Caricatures de Charlie Hebdo / Réaction de l’ambassadeur de France

Interview de M. Charles Fries, ambassadeur de France au Maroc dans l’émission « L’invité » de Medi1 (20 septembre 2012)

Q - Monsieur l’ambassadeur, quelle est votre réaction, et donc celle de la France, à la publication par Charlie Hebdo de ces caricatures du Prophète ?

R - Je regrette vivement la publication de ces dessins, de ces caricatures, qui mettent en scène le Prophète dans le journal Charlie Hebdo.

Certes, vous le savez, la liberté d’expression est un principe garanti par la Constitution française, et ce principe n’a pas à être remis en cause. Mais je déplore en l’espèce que ce journal ait utilisé cette liberté d’expression de façon excessive et de manière choquante pour les Musulmans, en faisant en réalité de la provocation, dans un contexte déjà très sensible puisque vous savez qu’il y a déjà eu toute cette polémique née de cette vidéo qui a circulé récemment sur l’islam.

Donc, comme l’a déclaré notre ministre français des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, nous condamnons toute forme de provocation, et bien sûr aucun amalgame ne doit être fait entre le contenu de ce journal et les positions des autorités françaises, qui sont, je le répète, contre toutes formes de provocation.

Q - Quelles mesures ont été prises par l’ambassade de France concernant la sécurité de ses représentations au Maroc ?

R - Vous imaginez bien que nous suivons cette affaire et ses conséquences potentielles de très près.

Nous travaillons très étroitement avec les autorités marocaines. Nous faisons pleinement confiance aux autorités marocaines pour assurer la sécurité de toutes nos représentations diplomatiques, consulaires, culturelles ou de nos établissements scolaires. C’est donc pour ces raisons qu’aucune fermeture d’établissement ou de représentation diplomatique ou consulaire française n’est envisagée au Maroc.

S’agissant de nos ressortissants, de nos compatriotes qui vivent au Maroc, nous leur avons rappelé les conseils habituels de prudence, en leur recommandant d’être vigilants et d’éviter les manifestations, les attroupements, les rassemblements publics.

Q - Comment se fait-il que le Maroc ne figure pas sur la liste établie par le ministère des Affaires étrangères concerné par ces fermetures temporaires, comme d’autres pays maghrébins ?

R – C’est exact. Parce que précisément nous avons une relation déjà très ancienne et de confiance avec les autorités marocaines. Je voudrais d’ailleurs saisir cette occasion pour remercier chaleureusement le ministère de l’Intérieur marocain, ainsi que le ministère des Affaires étrangères qui ont pris dès hier soir toutes les mesures nécessaires et appropriées pour assurer la sécurité de nos emprises sur tout le territoire du Royaume. Et c’est parce que nous avons pleinement confiance en l’efficacité des autorités marocaines pour faire face à ce type d’éventuelles menaces que nous avons décidé de ne pas fermer d’établissements français contrairement à d’autres pays de la région pour lesquels des fermetures ont été décidées.

Je voudrais aussi lancer un appel au sang-froid, au calme et à l’esprit de responsabilité. Surtout, je crois que ce qui serait dommageable, c’est de tomber dans le piège qui a été tendu par les auteurs de ces caricatures qui ont voulu heurté délibérément les sensibilités religieuses des musulmans. Je crois qu’il faut garder son calme et son sang-froid, comme le font toujours les Marocains dans ce type de cas. Ce sont des caricatures, qui encore une fois sont des provocations, mais on sait combien le peuple français et le peuple marocain sont des peuples frères. Bien sûr ces caricatures sont choquantes pour les musulmans, mais il ne faut surtout pas tomber dans le piège qui a été tendu par les auteurs de ses dessins.

Dernière modification : 20/09/2012

Haut de page