Forum international d’Al-Qods - Message de M. Bernard Kouchner, Ministre des affaires étrangères et européennes

Mesdames et messieurs les Ministres,
Chers collègues, Chers amis

Vous connaissez l’attachement séculaire de la France à Jérusalem, chantée et louée par les écrivains et poètes français, au premier chef Chateaubriand. La France et le peuple français sont inéluctablement liés par l’histoire, les hommes, la religion, l’art et la culture à cette cité.

La France laïque et protectrice des congrégations religieuses aime et respecte cette ville trois fois sainte. La France soucieuse du dialogue entre les peuples demande que l’histoire et les multiples identités de la ville soient respectés.

Ces dernières semaines, la situation, à Jérusalem et en particulier près des Lieux saints, a été caractérisée par de nouvelles tensions, ce qui est préoccupant. Nous savons tous le caractère sensible de la ville sainte, qui a trop souvent été le déclencheur de violences et de conflits.

Les lieux saints doivent rester des espaces de tolérance et de recueillement. Il convient de part et d’autre d’éviter toutes les provocations. Il est indispensable que chacun d’entre nous appelle les parties à la retenue pour prévenir toute escalade.

Nous comprenons l’importance du Haram el Sharif pour les musulmans du monde entier. Le Dôme du Rocher est inscrit dans l’imaginaire et l’imagerie des Musulmans jusqu’en Extrême Orient. De même, nous comprenons l’importance du Mont du Temple et du mur des Lamentations pour les juifs du monde entier.

Jérusalem est importante pour les Chrétiens également. Depuis cinq siècles, la France s’est vu reconnaître un rôle de protecteur des Lieux saints et des Chrétiens. Les capitulations, le protectorat catholique accordé par le Vatican, les accords de Mytilène et Constantinople et la tradition définissent ce rôle. Je vous rappelle que le Consul général de France à Jérusalem fait son entrée solennelle au Saint-Sépulcre.

Mesdames et Messieurs,

Mais Jérusalem ne se résume pas à ses Lieux saints. Jérusalem, ce sont des hommes et des femmes qui doivent partager un même espace et vivre ensemble. La France, membre permanent du Conseil de sécurité, estime que le statut de la ville doit s’inscrire dans le cadre du règlement négocié entre les parties, conformément au droit international.

A Jérusalem-Est, la destruction de maisons palestiniennes, les restrictions d’accès et les fouilles non concertées sont inacceptables. L’Union européenne les dénonce régulièrement et entreprend des démarches pour que ces actions cessent.

En préjugeant du statut final, ces faits accomplis sur le terrain mettent en péril le partage de la ville et la solution des deux Etats. Avec l’Union européenne, nous appelons au gel de la colonisation, y compris à Jérusalem-Est.

L’histoire, la politique, la spiritualité nous permettent de comprendre les enjeux de Jérusalem. Mais elles doivent surtout nous permettre de comprendre que l’avenir de Jérusalem ne peut être qu’un avenir de paix. C’est un enjeu fondamental pour la stabilité de la région et du monde.

Mesdames et Messieurs,

Pour la France, et le Président de la République l’a dit très clairement à la Knesset le 23 juin 2008, Jérusalem a vocation à devenir, dans le cadre d’un accord de paix, la capitale de deux Etats, Israël et la Palestine. La France est prête à proposer son aide notamment pour permettre la réouverture des institutions palestiniennes à Jérusalem-Est, renforcer la présence européenne et élaborer des solutions concrètes pour une gestion partagée de la ville.

L’initiative arabe de paix qui propose la paix avec Israël en échange de la création d’un Etat palestinien viable avec Jérusalem-Est comme capitale est une contribution essentielle. Le monde arabe doit continuer à bâtir sur ce geste historique et travailler à une paix globale qui permettra de garantir la création d’un Etat palestinien et la sécurité d’Israël.

C’est justement parce que Israéliens et Palestiniens, Juifs, Chrétiens et Musulmans sont attachés à Jérusalem qu’une solution peut et doit être trouvée. N’oublions pas que ce qui paraissait impossible peut rapidement devenir une réalité. Jérusalem peut devenir capitale de deux Etats, ville ouverte, ville de paix./.

Message en arabe :

Word - 72 ko
Message en arabe

Dernière modification : 05/11/2009

Haut de page