Gouvernance territoriale et coopération décentralisée

"S’il ne peut y avoir à l’évidence qu’une seule diplomatie française, il existe de nombreux acteurs pour la mettre en valeur et en pratique. Cette diversité est une force, notamment la richesse d’action des collectivités. C’est ce que j’ai appelé “la diplomatie démultipliée”.

Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères – Séance plénière de la CNCD, 29 janvier 2013.

La coopération française soutient la mise en œuvre d’un développement intégré, adapté aux spécificités de chaque territoire. Cette approche territoriale facilite la cohésion entre les différents niveaux de gouvernement, mais aussi entre les différentes politiques sectorielles. Notre dispositif d’appui aux grands chantiers de consolidation de la gouvernance locale au Maroc s’inscrit dans une démarche programme qui entend répondre à la demande marocaine de ces dernières années qui porte davantage sur l’accompagnement du processus de déconcentration et plus récemment sur la régionalisation avancée. Le champ de l’accompagnement de la décentralisation est, quant à lui, davantage laissé à la coopération décentralisée par un transfert d’expériences entre collectivités locales françaises et marocaines par le fonds conjoint franco-marocain pour la coopération décentralisée.

Ainsi, au Maroc, l’appui du SCAC au le processus de déconcentration en cours passe par deux volets : un volet d’appui à la gouvernance démocratique (formation des élites politiques et administratives locales dans le contexte de la mise en œuvre de la réforme de la charte communale adoptée en 2009 et préparation à la régionalisation avancée voulue par le souverain en 2010) ; et un volet d’appui à la bonne gouvernance des administrations déconcentrées, notamment en faveur des services extérieurs des ministères techniques.

La coopération décentralisée constitue une opportunité réelle de fédérer les énergies de différents acteurs (collectivités territoriales et leurs groupements, associations nationales d’élus, réseaux régionaux et thématiques, expertises). Les collectivités territoriales participent elles aussi à l’action extérieure de la France par la richesse des projets de coopération qu’elles mettent en œuvre.

Dans le cadre de ces priorités, le ministère des Affaires étrangères considère les villes comme un enjeu privilégié du développement durable. Il accorde ainsi une attention particulière à la construction d’une gouvernance urbaine harmonieuse, favorable à la distribution équitable des services essentiels et à la lutte contre la pauvreté.

Dernière modification : 25/09/2013

Haut de page