Inauguration de la deuxième chaîne de production de l’usine Renault-Tanger

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Directeur Général de Renault Maroc,
Monsieur le Président Directeur Général de la CDG,
Mesdames et Messieurs,

L’événement qui nous réunit aujourd’hui constitue un symbole du partenariat privilégié et exemplaire qui unit la France et le Maroc.

C’est un partenariat de grande ampleur :

- Au regard tout d’abord de l’importance de l’investissement consenti, avec plus d’1 milliard d’€ engagés. Ce projet a bénéficié d’un important soutien marocain, via notamment la participation de la CDG, de TMSA et du Fonds Hassan II.

- Cet investissement est aussi une preuve de la créativité de Renault qui, dans sa longue tradition d’innovation, a imaginé le concept du véhicule à prix serré. Mais cet investissement est également un facteur essentiel de compétitivité pour le Maroc. L’automobile est en effet le secteur qui affiche la meilleure performance des 3 métiers stratégiques que sont l’automobile, l’aéronautique et l’électronique. Son poids dans les exportations du Royaume devrait continuer à croitre, grâce notamment à la montée en puissance de Renault Tanger Med.

Il s’agit aussi d’un partenariat exemplaire :

- Exemplaire, tout d’abord, par sa prise en compte des aspects environnementaux : Cette usine ne rejette en effet ni carbone, ni liquides industriels et fonctionne avec des énergies renouvelables. A ce jour, l’usine de Tanger, grâce au partenariat tripartite développé entre le Maroc, Veolia Environnement et Renault, est le seul site de production automobile à enregistrer des réductions d’émissions de CO2 quasiment de 100 %

- Exemplaire par son effet d’entraînement sur l’ensemble de la région de Tanger. Cet investissement joue en effet un rôle essentiel dans le développement de la région. Renault a implanté à Tanger la plus grande usine du groupe en Méditerranée et la plus grande usine automobile jamais construite en Afrique. Son impact sur l’emploi local est extrêmement marqué : plus de 5 000 collaborateurs marocains et 30 000 emplois indirects générés par les fournisseurs de Renault et le tissu économique local. Avec la ligne à grande vitesse et le port de Tanger Med sur lesquels travaillent d’autres entreprises françaises, cette usine joue donc un rôle essentiel dans l’effort de développement impulsé par Sa Majesté le Roi au profit du Nord du Maroc. Je souhaite naturellement, pour l’avenir, que les entreprises françaises trouvent également leur place dans l’ambitieux projet « Tanger Métropole » récemment lancé par Sa Majesté.

- Ce partenariat est aussi exemplaire parce qu’il repose sur un considérable effort de formation. La quasi-totalité des collaborateurs de l’usine sont passés par l’Institut de Formation aux Métiers de l’Industrie Automobile (IFMIA), dont le financement est le fruit d’une collaboration entre le Maroc et la France, via un financement de l’AFD.

- Ce partenariat est enfin exemplaire parce que les profits en sont partagés :La construction de cette usine n’a retiré aucun emploi à la France. Les véhicules qui y sont fabriqués ne sont en effet produits que dans les pays émergents les plus avancés (Turquie, Roumanie, Russie, Brésil) et non pas en Europe occidentale. De plus, certains des composants utilisés viennent de France.

Cette usine a permis de maintenir et même de créer des emplois en France par l’augmentation d’activité qu’elle a engendrée avec ses sous-traitants, alors que nous connaissons tous les difficultés du secteur automobile en France. Elle a permis également l’implantation de dizaines d’équipementiers, PME pour la plupart, sur le sol marocain.
On peut donc véritablement parler d’une colocalisation réussie, dans la lignée des propos du Premier ministre français, M. Jean-Marc AYRAULT, lors de sa visite en décembre dernier. En matière automobile comme dans d’autres domaines, une coopération franco-marocaine a été engagée pour parvenir à un meilleur partage de la valeur ajoutée, pour le plus grand bénéfice des deux économies. A l’invitation du ministre Amara, le groupe de travail bilatéral créé sur ce thème devrait d’ailleurs se réunir au Maroc avant la fin de l’année, afin de faire des propositions concrètes aux deux gouvernements.

Mesdames, Messieurs,

Le Président de la République, M. François Hollande, a fait passer un message fort lors de sa visite officielle dans le Royaume en avril dernier : « la France a confiance dans le Maroc ». Cette usine Renault en est un parfait exemple : elle illustre à la fois le formidable potentiel de développement du Royaume et la contribution éminente que peuvent y apporter les entreprises françaises.

Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 08/10/2013

Haut de page