Les jeux vidéo « made in France », un secteur d’excellence

Just Dance, Rayman Origins, Dishonored… Autant de productions françaises qui ont déjà conquis des millions de joueurs dans le monde. Caractérisée par un tissu d’entreprises innovantes, la France se positionne comme leader sur le marché du jeu vidéo.

Première industrie culturelle en France et dans le monde, la production de jeux vidéo a rapporté dans l’hexagone un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros en 2012. En comparaison, le cinéma français générait seulement 1,3 milliard d’euros la même année. Au niveau international, la France est aujourd’hui le deuxième pays qui produit le plus de jeux vidéo, juste derrière les États-Unis.

Un marché qui attire de plus en plus de consommateurs

Depuis les années 1990, les férus de jeux vidéos appelés « gamer s » se sont multipliés sur la planète : on compte aujourd’hui plus d’un milliard de joueurs. Pour alimenter ces consommateurs exigeants, de nombreuses sociétés se sont développées en France, mais aussi des studios de création et des pôles de compétitivité. On recense aujourd’hui 300 entreprises sur le territoire français qui emploient plus de 5000 personnes. Les jeux vidéos « made in France » sont divers : certaines entreprises éditent des jeux traditionnels, d’autres se concentrent sur les jeux « dématérialisés ». En vogue depuis les années 2000, il s’agit des jeux vidéo auxquels on peut jouer sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone, sans disposer d’une console.

Un vivier de talents

Pour développer des jeux de qualité, les entreprises françaises engagent plus de 500 millions d’euros de budget par an. Ce secteur dynamique bénéficie de nombreuses créations d’entreprise : 32% des entreprises françaises ont moins de deux ans. Julien Villedieu, délégué du Syndicat national du Jeu Vidéo, revient sur les causes de ce développement exponentiel : « La France est reconnue depuis les années 1980 dans le monde entier pour sa créativité, c’est un vivier de talents ». Outre sa réputation internationale, la France se distingue par la qualité des formations proposées aux ingénieurs et aux artistes dans le domaine ludico-graphique. Par ailleurs, notre pays compte de nombreux leaders sur le marché international. Par exemple, le groupe Activision-Blizzard, filiale de Vivendi et Ubisoft, fait partie des cinq premiers éditeurs mondiaux de jeux vidéo. Ce géant français a édité le célèbre jeu de guerre Call of Duty, dont le dernier volet, « Black Ops », est numéro un des ventes en France et aux Etats-Unis début 2013.

Zoom sur des succès français

« Le jeu vidéo made in France a pour vocation d’exister à l’étranger, 80% des jeux produits en France sont destinés à l’export », expose Julien Villedieu. Dans ce contexte, ce sont des entreprises françaises qui ont produit Just Dance et Rayman Origins. Ces jeux se sont vendus à plusieurs dizaines de millions d’exemplaires en quelques mois. Enfin, Dishonored, produit par les Lyonnais d’Arkane Studios, a battu des records de vente lors de sa sortie en octobre 2012. Très bien noté par la critique, ce jeu s’est vendu à plus de 1,5 millions d’exemplaires en deux mois ! Un succès que le directeur des studios lyonnais d’Arkane, Romuald Capron, attribue à son caractère unique : « Il a été bien accueilli car c’est une création, une nouveauté dans un marché saturé par les suites. Ce qui plait aux joueurs, c’est la liberté laissée au « gamer » dans son expérience de jeu ». Dans Dishonored, le héros évolue dans un monde fictif inspiré de l’Angleterre du XIXème siècle, il peut choisir plusieurs parcours de jeu pour atteindre son but : la vengeance... Pour Romuald Capron, ce jeu a également été reconnu pour la qualité de son univers graphique : « Dans notre studio principal à Lyon, nous employons des programmateurs, des graphistes, des designers, des spécialistes du son et des effets spéciaux. La France dispose de bons savoir-faire dans ce domaine ».

Les jeux dématérialisés, le secteur en plein développement

A l’image de ce jeu 100% français téléchargeable sur Internet, l’avenir du jeu vidéo « made in France » se porte désormais sur la filière dématérialisée. Les passionnés jouent de plus en plus sur les réseaux sociaux, à partir d’un téléphone ou d’une tablette. C’est ce qui pousse 93% des entreprises françaises à travailler actuellement sur ces jeux. Dans ce contexte de croissance et de spécialisation du marché, Paris accueillera au mois de juin la Webgame Conference. Depuis trois ans, cette conférence européenne réunit chaque année plus de 800 professionnels du jeu vidéo dématérialisé, leaders dans leur secteur.

Coroline Jury

Dernière modification : 28/02/2013

Haut de page