Maroc / Communiqué du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (29 août 2014)

Q - Malgré la suspension de la coopération judiciaire avec Paris, est-il exact que le Maroc a donné son accord pour le transfèrement d’un groupe de prisonniers français ? Si oui, combien et sur quels critères ? Quelle est la position des autorités françaises par rapport aux autres détenus qui poursuivent une grève de la faim ?

R - La France se félicite de ces premières décisions de transfèrements.

Nous formulons le souhait que cette dynamique puisse se poursuivre.

Nous souhaitons résoudre au plus vite l’ensemble des situations individuelles en matière judiciaire.

Nos services consulaires sont mobilisés pour exercer notre protection consulaire en faveur des détenus français, notamment pour s’assurer de leurs conditions de santé. A cette fin, la France est naturellement disposée à travailler en liaison avec la commission spécialement créée par les autorités marocaines, avec lesquelles nous sommes en contact étroit.

Dernière modification : 05/09/2014

Haut de page