Maroc-France : Relations d’amour ou de raison ?

Jeudi 14 février 2013 de 18h30 à 21h30 - HEM Casablanca

Unique, privilégiée, mélange permanent d’intérêts et de sentiments : ce sont les termes le plus spontanément utilisés pour qualifier les relations qui unissent le Maroc et la France.

« Maroc-France : Relations d’amour ou de raison ? », thématique de la rencontre « Décideurs en question » qu’organise HEM le jeudi 14 février 2013 à Casablanca avec Son Excellence L’Ambassadeur de France au Maroc, Monsieur Charles Fries, apparaît donc comme naturelle, voire logique.

Elle reflète l’image de relations en perpétuel mouvement ; ce que sont les relations entre le Maroc et la France, parce qu’animées par des sentiments indéfectibles depuis des siècles déjà, et par cette continuité plus ou moins « stable » qu’inspire la raison.

Jamais d’indifférence, serait-on tenté de dire. L’Histoire nous donne raison sur ce point tant sur cette absence d’indifférence, preuve de l’existence de sentiments, que sur le socle quasiment inébranlable des relations politiques et économiques entre les deux pays.

Et même si les gouvernements se succèdent, chacun avec ses spécificités et ses tendances politiques, parfois totalement divergentes les unes des autres, même si le contexte économique mondial est en perpétuelle mutation, les relationsentre Rabat et Paris demeurent identiques et intenses.

Les relations économiques en disent long sur cette particularité et place privilégiée qu’occupe l’Hexagone.

La France est à la fois le premier client et premier fournisseur du Maroc en matière de commerce extérieur. En 2011, le total des échanges entre les deux pays s’est établi à 7,4 milliards d’euros. 13,9% des importations du Maroc proviennent de France et 20,3% des exportations sont écoulées sur le marché français.

La France occupe également ce rang privilégié dans le domaine des investissements étrangers directs reçus par le Maroc.

En 2011, le flux d’investissements directs français (IDE) au Maroc s’est élevé à 760 millions d’euros, soit un tiers du total reçu cette année-là. Selon l’Office des changes marocain, le stock d’IDE français au Maroc avoisinerait la moitié du total des IDE reçus par le Royaume.

Le Maroc dénombre 750 filiales d’entreprises françaises dont 36 du CAC 40 (source : ministère de l’économie français).

Vivendi, Total, Veolia, Accor, EDF, AXA ou encore BNP Paribas, les géants français détiennent des positions stratégiques dans des secteurs clés de l’économie marocaine : les télécoms, la banque, l’assurance, le tourisme, la distribution, l’énergie. Les transports sont venus s’ajouter avec la mise en service des tramways de Rabat et Casablanca. La France sera aussi le constructeur du premier TGV dans le monde arabe.

Elle est également le premier pourvoyeur de touristes qui séjournent au Maroc.

Dans le domaine des transferts financiers, ceux des Marocains Résident à l’Etranger établis en France sont de loin les plus conséquents : 40% du total des transferts, ce qui a représenté en 2011 pas moins de 2,1 milliards d’euros. Ce volume est proportionnel à la communauté marocaine qui y est établi puisque la France reste le pays d’accueil où séjourne la communauté marocaine la plus importante : un tiers des Marocains établis à l’étranger y sont installés (1,1 millions sur 3,3 officiellement recensés).

C’est dire que les intérêts économiques entre les deux pays sont d’une importance cruciale.

Sur le plan politique, la France est aussi le premier allié politique du Royaume. Les deux pays partagent des visions communes sur des dossiers internationaux d’envergure.

A ces dimensions, il faut ajouter la dimension culturelle et linguistique. Ce dernier point est loin d’être négligeable : les peuples se rapprochent d’abord parce qu’ils parlent la même langue, partagent la même culture, se comprennent, communiquent. Le français représente la deuxième langue au Maroc, juste après l’arabe.

Les liens de coopération entre la France et le Maroc sont denses et étroits. La Rencontre de Haut Niveau, qui a lieu en décembre dernier, en est la parfaite illustration. Trois conventions ont été signées entre l’Etat marocain et l’Agence Française de Développement pour un montant global de 280 millions d’euros et un nouveau souffle aux relations bilatérales, avant la visite de François Hollande, prévue début 2013.

Avant l’arrivée de M. François Hollande, HEM reçoit l’ambassadeur de France au Maroc, M. Charles Fries, le jeudi 14 février au campus de Casablanca.

JPEG - 285.6 ko

Dernière modification : 19/02/2013

Haut de page