Mémoire / Inauguration de deux stèles au carré militaire de Ben M’Sick

Allocution de S.E. Charles Fries, ambassadeur de France au Maroc

à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de deux stèles au carré militaire de Ben M’Sick

Casablanca, samedi 24 novembre 2012

Mesdames et Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires du Royaume du Maroc,

Messieurs les Conseillers à l’Assemblée des Français de l’étranger,

Monsieur le vice-président de l’association nationale du "Souvenir français",

Monsieur le Président de la Chambre française de Commerce et d’industrie,

Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis aujourd’hui sur ce carré militaire français de Ben M’Sick pour témoigner d’une histoire commune, d’une histoire partagée qui constitue le socle de cette relation exceptionnelle entre la France et le Maroc.

Les deux stèles que je viens d’inaugurer valorisent un patrimoine militaire auquel la France demeure très attachée et rappellent le destin d’hommes enfoui dans la tragédie de la Seconde Guerre mondiale.

  • Ceux de la Marine Marchande dont l’engagement mérite d’être honoré, une Marine Marchande qui apporta un soutien logistique déterminant entre 1939 et 1945, une contribution souvent méconnue qui coûta la vie à des milliers d’officiers et marins notamment au large des côtes marocaines.
  • Ceux du Croiseur mouilleur de mines "PLUTON", victimes d’un évènement tragique qui se déroula dans le port de Casablanca le 13 septembre 1939, quelques jours seulement après l’entrée en guerre de la France. Autant de marins disparus sans sépulture ou inhumés avec la mention "inconnu", des marins dont les 218 noms figurent désormais sur cette stèle propice au recueillement des familles.

Je tiens à saluer le rôle important de la délégation du "Souvenir français" au Maroc dirigée par Monsieur Gilles D’AGESCY qui a contribué à la réalisation de cette action de sauvegarde de la mémoire, en étroit partenariat avec le service des anciens combattants de l’Ambassade de France chargé de l’entretien de ce site.

Je remercie chaleureusement Monsieur Bernard CHOPIN, vice-président de l’association "Le Souvenir français" pour le financement de la réalisation de ces deux stèles.

On le sait, plus le temps passe, plus le souvenir risque de s’estomper. Dans son roman "Les Croix de bois", Roland DORGELES a écrit : "On nous oubliera, le temps inexorable fera son œuvre, les soldats mourront une deuxième fois".

Pour "Le Souvenir français", il ne peut en être ainsi. Gardienne de leur mémoire, cette association patriotique œuvre pour le souvenir de ceux qui sont Morts pour la France, qu’ils soient français ou étrangers et pour la transmission, aux jeunes générations, des valeurs de la République. Je salue le travail accompli par les nombreux bénévoles de cette association française créée en 1887 et qui est présente dans 68 pays.

Il est nécessaire de faire parfois ressurgir le passé car, se rappeler, commémorer, c’est cultiver notre mémoire et forger notre identité pour mieux éclairer notre avenir.

Lors de la célébration du 11 novembre dernier, nous nous sommes remémorés la Grande Guerre à laquelle 40 000 soldats marocains participèrent en s’illustrant avec courage et honneur sur tous les fronts.

Nous n’oublierons jamais tous les valeureux combattants marocains qui s’engagèrent à nos côtés au cours des conflits du 20ème siècle et forment un trait d’union entre nos deux armées.

Vive la France, Vive le Maroc, Vive la fraternité d’armes franco-marocaine.

Dernière modification : 26/11/2012

Haut de page